Bannière de chapitre 8 - Confinement
Le blog / Mon passage au naturel

Comment mon confinement s’est transformé en période d’introspection.

Dans mon journal intime, je partage avec vous toutes ces étapes qui me rapproche chaque jour d’un mode de vie plus naturel. Jusqu’à présent, je conservais une sorte de logique chronologique mais aujourd’hui, j’ai décidé de faire une petite exception pour vous parler des heures les plus noirs de notre histoire : celles du Grand Confinement.

Le 17 mars dernier, pour faire face à une pandémie mondiale, le gouvernement français déclarait l’état de confinement pour tout le pays. Après deux mois passés à la maison avec pour seule possibilité de sortie, celle d’aller faire mes courses, j’ai eu le temps de réfléchir et de revoir mes priorités. Aujourd’hui, alors que nous sortons de cet état, il est temps de faire le bilan de cette drôle de période.

Rester chez soi quand on travaille chez soi

Etant à mon compte, j’ai la chance de travailler essentiellement de chez moi. Je suis en quelque sorte en télétravail permanent. J’ai installé un tout petit bureau dans la chambre depuis lequel je peux gérer pas mal de choses mais pas tout quand même.

Une autre particularité de ma vie professionnelle et privée, Amour travaille aussi de la maison, nous avons donc l’habitude de passer beaucoup de temps ensemble. Lui occupe généralement le salon et moi la chambre. 

De manière générale, le confinement n’allait donc pas être un grand changement dans mon organisation que ce soit dans ma vie professionnelle comme dans ma vie privée. 

Quand la panique monte !

Toutefois, je ne vais pas vous mentir, quand on est à son compte et qu’on nous annonce tout d’un coup qu’on ne va plus pouvoir aller chez ses clients, c’est un peu la panique à bord !

Moi à l’annonce du confinement

En plus de mon blog, mon activité principale consiste à proposer des ateliers cosmétiques et du coaching personnalisé. Activité que j’avais démarrer en février, un mois donc avec le C-Day (confinement Day pour les non-initiés 😉 ) Malheureusement, tout s’est brutalement arrêté avec pour seul point d’avenir : attendre que le confinement se termine pour redémarrer.

Le confinement s’est donc accompagné d’une intense période de stress et d’insomnies. Peur de ne pas pouvoir payer les factures, peur de ne jamais démarré…comme beaucoup, une peur de cet avenir incertain apportée par cette pandémie.

Quand la vie te donne des citrons…

Cette expression a pris tout son sens pendant cette période de confinement !

Je m’explique.

Deux phénomènes se sont produits en même temps. D’une part l’angoisse liée à un avenir incertain d’autres part un emploi du temps surchargé dû à ma condition d’indépendante. L’avantage d’être à son compte, c’est de pouvoir s’organiser comme on le souhaite et d’être très libre en matière d’emploi du temps. On peut ainsi facilement s’adapter à ses propres cycles de productivité.

Cet avantage peut toutefois virer à la catastrophe. Etre indépendant, c’est aussi être responsable de ses revenus et de sa propre productivité. Un sentiment m’a donc très vite envahi : celui de ne jamais en faire assez. On travaille alors 7 jours sur 7, on regarde sans arrêt sa montre et le moindre écart me valait des jours de culpabilité vis-à-vis de mon avancée.

Donc si l’on prend du recul, au moment où le confinement démarrait j’avais :

  • La tête prête à exploser
  • Aucun recul
  • Aucune pause, aucun temps de repos
  • De l’angoisse, beaucoup d’angoisse.

En en discutant avec Amour, une chose était claire, je n’allais physiquement ni psychologiquement pas pouvoir continuer ainsi !

…Fais-en de la limonade !

Après une bonne discussion et une bonne bière, j’ai donc décidé de prendre le taureau par les cornes. 2020 me laissait la possibilité d’un temps de respiration, d’un ralentissement du monde extérieur, c’était donc l’occasion rêvée de revoir mes priorités et mon rythme de vie.

Je me suis donc organisée une routine avec de vrais temps de repos et de vrais temps de productivité. J’ai revu mon emploi du temps et ma façon de travailler.

C’est une des plus belles choses que le confinement m’a apportée : retrouver du temps pour moi, pour mon couple, pour mon boulot et pour mes proches. Et très honnêtement ? Je n’ai jamais été aussi productive qu’aujourd’hui !

Confinement et passage au naturel ?

C’est bien beau de parler de ma vie professionnelle, mais le confinement a aussi eu un impact sur mon mode de vie et sur ma consommation en général.

Legging et tee-shirt : le must-have du confinement !

Avant le confinement et travaillant de la maison, j’avais déjà pris l’habitude de travailler dans des tenues cosy et confortables. Je suis une accro des leggings qui sont juste absolument le top pour rester assis toute la journée ! Je me demande d’ailleurs pourquoi on ne les propose pas au bureau ? On serait teeeeellement plus à l’aise !

Toutefois, je faisais quand même l’effort d’enfiler un jean pour sortir, même s’il s’agissait simplement d’aller faire les courses. En termes de sous-vêtements, j’enfilais aussi systématiquement un soutien-gorge. Soutien-gorge que je m’empressais de retirer une fois à la maison.

Toi-même tu connais ce sentiment !

J’avoue que le confinement m’a permis d’être beaucoup plus relax sur ce point. Rares sont les fois où j’ai quitté mon legging pour enfiler un jean (surtout pour aller faire les courses) et encore plus rares sont les fois où j’ai enfilé un soutien-gorge. Un de mes frein principal était le regard des autres (et oui…) mais guess what ? Je me suis rendu compte qu’en réalité, les gens s’en moquent royalement ! Et au final, moi aussi !

Dans le même registre : les poils. J’ai une relation à ma pilosité quelque peu particulière qui se situe entre “Non mais les poils c’est naturel et j’en ai rien à faire ! ” et le “Ouai mais quand même j’aime pas et c’est sale !” certainement conditionné par la société. Toujours est-il que même si je m’étais un peu détendue du slip depuis quelques temps, le confinement m’a permis d’être vraiment cool sur la question ! Je peux aujourd’hui sans problèmes sortir avec quelques poils qui dépassent sans pour autant me sentir une paria. En plus, encore une fois :

Coté Make-up :

J’ai toujours eu du mal à sortir sans maquillage à tel point que j’ai fini par oublier si j’aimais réellement me maquiller ou si je jouais simplement le jeu de la société. Grâce au confinement et au déconfinement, j’ai enfin pu trancher la question : en fait, j’A-DO-RE me maquiller ! Toutefois, il y aussi plein de fois où j’ai grave la flemme et où je pense qu’il faut laisser sa peau en paix.

J’ai grave kiffer le fait de me remaquiller pour ma première sortie. J’ai quand même revu ma routine à la baisse, exit le fond de teint dans la vie de tous les jours ! Ce sera uniquement les jours de grandes occasions !

Et du point de vue des soins ?

Là encore, je faisais déjà beaucoup de choses moi-même mais ne prenais pas toujours le temps d’appliquer les bons gestes. Le confinement m’a permis de trouver le temps pour ces soins, d’élargir encore plus ma gamme de cosmétiques DIY et de réintégrer dans mon emploi du temps des choses que j’avais laissé de côté. Le confinement a aussi été une grande période de test.

J’ai aussi pris le temps de réfléchir encore plus ma consommation pour comprendre comment aller plus loin dans ma démarche. Deux mois sans sorties, sans restau m’ont enfin fait réaliser que rien n’était nécessaire.

Le confinement, cette libération des codes sociaux.

Engloutie par un monde de sociabilité, où l’on agit souvent plus par obligation sociale que par envie (ce qui est d’ailleurs très regrettable), le confinement m’a permis de me libérer de tout cela. J’ai passé deux mois avec très peu (juste beaucoup de cookies) et j’ai réalisé que c’était tout ce dont j’avais besoin. J’étais enfin alignée avec moi-même.

L’heure du grand bilan !

Après deux mois, voici tout le bien que je tire de cette période d’isolement social. Ces éléments peuvent paraitre banals et d’une grande évidence. Ce sont d’ailleurs des choses sur lesquels j’avais déjà mis le doigt mais qui restaient parfois un peu flous ou inatteignables. Le confinement m’a permis de me réaffirmer dans ces choix et me donne maintenant un nouvel élan pour continuer dans cette voie plus naturelle, plus simple et plus saine.

Si pour beaucoup le confinement a été un enfer à vivre : coincé à la maison avec le télétravail, les enfants, les tâches ménagères etc… et le manque d’activités…j’ai personnellement vécu le confinement comme l’une des meilleures périodes de remises en perspective et de réaffirmation de mes priorités. J’ai pris le temps de réfléchir à des choses sur lesquelles je ne prenais jamais le temps de me pencher, j’ai pris le temps de réfléchir à ma vie et à mes envies. 

Le temps est cette chose qui nous manque à tous, qui passe si vite sans que l’on s’en aperçoit. Alors je l’ai saisi ! Oui, c’est vraiment de ça qu’il s’agit : J’ai saisi l’opportunité de prendre le temps qu’on nous offrait. D’utiliser cette forme de pause, de souffle que le confinement pouvait apporter. 

Et maintenant ?

C’est ma seule véritable interrogation : comment tenir ses résolutions quand le monde reprend son rythme, les rendez-vous s’enchainent et qu’il faut aussi reprendre une véritable activité économique ? Justement, le confinement a été aussi une occasion de revoir mon modèle économique, de trouver de nouvelles solutions que je suis entièrement prête à mettre en place tout en gardant à l’esprit toutes ces choses que j’ai apprises pendant le confinement.

J’ai appris à plus m’écouter, à savoir ce que je voulais réellement et à écouter ce que mon corps me disait. Je me suis mis en place une bonne routine de travail. Aujourd’hui, j’espère vraiment pouvoir m’y tenir au plus près.

J’ai vécu le confinement comme une chance qui nous est offerte peu de fois dans sa vie et j’en sors aujourd’hui grandie ! Cela paraitra naïf à certains et j’ai aussi conscience que les choses n’ont pas été aussi simple (surtout économiquement) pour tout le monde. Néanmoins, je souhaitais quand même partager avec vous ce bilan.

Et pour finir, la petite pause musicale :

Ensemble, passons tous au naturel !

Gaëlle

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :