Beauté / Intime

L’hygiène intime, ou comment nous faire croire que nous sommes sales.

J’avais décidé de faire un article dénonçant les abus des gels et savons pour la toilette intime mais j’ai réalisé en faisant mes recherches que le problème était bien plus complexe que la simple question de la composition de ces produits. J’ai donc pris le taureau par les cornes pour vous proposer un article complet sur l’hygiène intime et les injonctions faites à notre intimité.

Comment prendre soin de son hygiène intime ?

C’est un peu la base de cet article donc autant entrer rapidement dans le vif du sujet. 

Un peu d’anatomie. 

Parce qu’il faut appeler un chat une chatte, il est important de comprendre notre anatomie afin de lui prodiguer les soins les plus appropriés. Je vous présente d’avance mes excuses mais cet article va essentiellement traiter de l’hygiène intime chez la femme. Non pas que celle de l’homme ne soit pas importante, mais je pense qu’elle devrait faire l’objet d’un article à part entière et n’y connaissant pas grand-chose, je dois prendre le temps de faire les recherches nécessaires. 

Dans cette question de l’hygiène intime, il faut distinguer deux parties de notre appareil génital : le vagin et la vulve. 

Le vagin est une partie interne de l’organe génital de la femme, une sorte de tube qui relie la vulve à l’utérus. Le vagin est un muscle. Il est recouvert d’une muqueuse sans cesse lubrifiée et recouverte de différentes couches cellulaires. Ces muqueuses sont également constituées d’un ensemble de bactéries formant la flore vaginale dont le rôle est de protéger et de nettoyer le vagin des infections et agressions extérieures. 

On parle de vulve pour désigner l’ensemble des organes qui forme la partie externe de l’appareil génital de la femme, notamment les lèvres et le clitoris. 

Quand il s’agit de soins pour la peau, un paramètre essentiel doit jouer dans le choix des matières et des produits choisis : le pH de ceux-ci. Pour rappel, le pH sert à mesurer l’acidité ou l’alcalinité d’un élément en fonction d’une échelle. Un pH neutre est égal à 7. Tous les éléments qui ont un pH inférieur sont considéré comme acides et tous ceux qui sont au-dessus sont appelé basiques ou alcalins.

Dans le cas de l’hygiène intime, il est primordial de savoir que le pH vaginal se situe aux alentours de 3,5 – 4,8, il est donc acide. La vulve en revanche est composée de peau, elle a donc un pH basique qui se situe aux alentours de 8 même si elle peut parfois présenter un terrain un peu plus acide.

Le vagin, un four pyrolyse !  

Autant il y a certains organes dont je doute de l’utilité, autant le vagin est vraiment un organe fabuleux. La nature étant super bien faite, elle a donc créé un organe qui s’auto-nettoie. 

Oui mesdames ! Le vagin s’auto-nettoie. Comme un four pyrolyse ! 

S’il me semble si important de vous écrire cela c’est pour préciser que quand on parle d’hygiène intime, on parle donc de la toilette EXTERNE uniquement ! De la toilette de la vulve.

En aucun cas, sauf maladie particulière ou sur recommandations de votre médecin, vous ne devez laver votre vagin !

Ce serait ne pas lui faire honneur. C’est comme si vous laviez votre vaisselle avant de la mettre au lave-vaisselle. On a un organe qui travaille tout seul comme un grand alors faites-lui confiance ! 

Mais existe-t-il un réel risque à laver notre vagin ? 

Comme expliqué plus haut, la flore vaginale est composée de bonnes et de mauvaises bactéries. Par son action nettoyante, le vagin va permettre de garder un équilibre dans ces bactéries afin de rester en bonne santé. 

Faire une douche vaginale peut mener très souvent à un déséquilibre de cette flore. Vous risquez de provoquer certaines infections. Ce serait quand même dommage quand on sait que le machin fonctionne tout seul.

Alors encore une fois et par pitié,

TRUST YOUR VAGINA ! 

 

Comment faire sa toilette intime ?

Si l’on déconseille fortement de nettoyer l’intérieur de son vagin, la partie externe de notre appareil génital doit lui faire l’objet d’une hygiène intime méticuleuse visant à protéger l’entrée du vagin et à éviter le développement de bactéries. Notre vulve est un petit être sensible, il va donc falloir y aller mollo mollo et avec les bons produits et les bons gestes. 

  1. Ne pas trop se laver : comme pour le reste du corps 1 lavage par jour, deux maximums sont conseillés. Se savonner la peau trop souvent dans la journée peut l’assécher et lui causer des irritations. Et si jamais vous ne vous sentez pas « fraiche » comme pendant vos règles ou que vous sentez le besoin de vous rincez comme après un rapport : l’eau suffit amplement. 
  2. Ne pas frottez énergiquement : inutile d’y mettre toute votre énergie, avec la vulve tout est question de délicatesse. 
  3. Evitez également les fleurs de douches et gants de toilettes qui sont de vrais nids à microbes. Vos doigts sont de bien meilleurs alliés. Un peu comme la masturbation au final 😉 
  4. On se lave toujours la chachatte avant de se laver le culcul… comme quand on fait popo ! 
  5. Changez régulièrement de serviette de toilette, elles sont aussi un nid à microbes. 
  6. Privilégiez un savon doux surgras sans savons au pH basique. Il respectera le pH de votre peau et n’agressera pas cette partie intime. On évite en revanche les savons trop chimiques, parfumés et autres inventions farfelues de nos amis les marketeux.  

Et pour les enfants ? 

Les mêmes principes doivent être appliqués. Il est essentiel d’apprendre à vos enfants un peu d’anatomie et de leur expliquer le plus tôt possible les bons gestes à adopter.

Je vous mets ici un très bon article qui parle de l’hygiène intime chez les petites filles : 

https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/bebe-toilette-intime-petites-filles-2940/

La folie des gels et savons pour l’hygiène intime

On les voit partout, ils sont soi-disant conseillés par les médecins. Mais qu’en est-il réellement ? Petit tour d’horizons des savons intimes. 

Gels et savons intimes, quoi penser ?

Retirons le pansement rapidement : la plupart des gels intimes trouvés en supermarchés et même en pharmacie sont une catastrophe sanitaire.

Une composition dangereuse pour la santé. 

Tout d’abord, beaucoup d’entre eux contiennent des ingrédients indésirables. Dans mon analyse du gel intima, j’ai pu constater que ces produits contenaient des perturbateurs endocriniens, des conservateurs allergènes et même des polymères de synthèse. Celui-ci était sans parfums, sans parabènes et sans savon … mais d’autres n’ont pas cette chance.

Des effets d’annonces : 

Beaucoup de marques insistent également sur l’utilisation soit d’un pH neutre (ce qui est encore acceptable) ou pire d’un pH adapté à la zone intime et valorise ainsi un pH acide. Cette particularité est d’une absurdité monumentale et un effet marketing très dangereux. Pourquoi ? Parce qu’un pH acide correspond au pH du vagin et non de la vulve. Or, rappelez-vous ce que j’ai expliqué plus haut, on ne cherche pas à laver son vagin mais sa vulve. Il est donc complètement inutile voir destructeur d’utiliser un savon au pH acide. 

Enfin, certains vont même jusqu’à prôner une action désodorisante pour votre intimité et utilise donc des produits chimiques ou des antiseptiques pour inhiber les mauvaises odeurs. Ces produits sont nocifs pour la santé et n’ont pas leur place dans des savons intimes. 

Je n’aborde plus la question des fameux « 0% » et autres slogans trompeurs. Vous trouverez ici un article où j’explique le problème. 

La plupart des marques industrielles sont à bannir ! Intima, Hydralin…toutes ces marques réputées pour votre hygiène intime sont une catastrophe absolue pour votre intimité. Elles risquent même de créer des irritations et de déstabiliser votre flore vaginale. 

C’est la CATASTROPHE ma chérie !

Un petit mot sur les lingettes :

Exceptée de manière totalement occasionnelle, dans des circonstances qui ne vous permettraient pas de vous laver, les lingettes sont aussi à proscrire. De toutes manières, dans tous les domaines les lingettes sont à proscrire. Elles polluent et irritent la peau. 

Existe-t-il des marques saines ?

Oui ! Et heureusement !

Parmi les gammes bio et naturelles, de nombreuses marques ont développé des produits pour l’intimité. La plupart sont composés d’ingrédients d’origine naturelle, sont labellisées et complètement inoffensives. 

En voici un panorama : 

Personnellement, j’utilise régulièrement celui de la marque Puressentielle qui me convient très bien.

Vous les trouverez en magasins bio, pharmacie et sur des sites spécialisés. 

Je vous conseille d’ailleurs le site Aya Nature tenu par une équipe passionnée et aux petits soins.

Il existe beaucoup d’autres marques, à vous de tester celle qui vous conviendra le mieux. Si vous doutez de la composition, vous pouvez scanner les produits avec l’appli INCI beauty.

Et si je ne souhaite pas en utiliser ?

Si vous utiliser pour le corps un savon doux pas trop agressif, c’est parfait. Vous pouvez tout à fait le garder pour votre toilette intime. 

En revanche, je vous conseille d’éviter le savon de Marseille qui est trop agressif pour cette zone. 

Certains gynécologues et certaines personnes vous conseillerons de simplement laver votre vulve à l’eau. Je n’ai jamais essayé mais pourquoi pas ? 

Si c’est d’ailleurs votre méthode, n’hésitez pas à commenter pour qu’on en discute ! Je suis toujours preneuse de nouvelles expériences 😉 

Derrière ces savons, une réalité bien plus complexe ! 

Que certaines marques saisissent une opportunité marketing, cela n’a rien de surprenant. Ce qui me choque derrière les questions d’hygiène intime c’est plutôt l’association faites au côté soi-disant peu ragoutant de notre vagin qui émettrait des odeurs, au besoin de se sentir « fraiche » et de « respecter » son intimité. Autant de mots qui culpabilise les femmes sur leur hygiène et qui en plus laisse paraitre que notre vagin serait sale. 

Au fil de mes recherches, j’ai pu constater une triste réalité : beaucoup de femmes ne connaissent pas leur anatomie, son fonctionnement et pire encore pense réellement que le vagin et leur vulve est sale.

Le cas des tutos YouTube et autres conseils féminins

Je pensais qu’il n’y avait que Gwyneth Paltrow qui proposait l’idée saugrenue et dangereuse d’un bain de vapeur à l’armoise mais en fait non ! De nombreuses youtubeuses recommandent les douches vaginales, déconseillent les savons doux qui ne lave pas assez et explique très calmement qu’il faut absolument aseptiser son vagin pour qu’il ne pue pas ou qu’il y ait de pertes blanches. Il y en a même une qui compare leur vagin à du poulet…

Face à elles, les marques redoublent d’efforts pour nous vendre des produits permettant une fraicheur longue durée et d’avoir un vagin senteur floral. Je ne sais pas vous mais moi l’idée que mon vagin puisse sentir le pot-pourri ne m’inspire pas du tout confiance.

Ces personnes sont suivies et écouter par des milliers de personnes et ça, ça m’énerve !

Pourquoi ?

Parce que ces personnes sont suivies par des milliers de gens et qu’elles continuent à véhiculer l’idée que notre vagin et notre vulve sont sales. Elles n’ont aucune idée de l’anatomie de la femme et de son fonctionnement. Derrière cette idée subsiste encore cette même idée : le sexe de la femme est impur et que tout ce qui en sort doit être lavé.

Le problème du vagin sale : 

Il existe tout une mythologie autour du sexe de la femme, considéré souvent comme impur et sale. Cette mythologie est exacerbée en période de règles. Période pendant laquelle de nombreuses femmes sont exclues de la vie en société. Notre vagin aurait donc tout un tas de super pouvoirs démoniaques dont celui de pousser au meurtre ou de faire pourrir les végétaux.

Pour l’anecdote, voici les 10 pires croyances liées à la menstruation :

https://www.lesinrocks.com/2019/06/18/actualite/societe/les-10-pires-croyances-de-lhistoire-des-menstruations/

Perso, j’ai du mal à faire pousser mes plantes mais je pense que c’est plutôt dû à l’exposition de mon appartement et à mon manque de chatte (tu l’as ?)

Tout ceci me parait bien étrange, quand on sait les efforts déployés par certains pour y entrer …

Les odeurs, les pertes blanches sont également diabolisées, à tel point qu’une année, un challenge a été créé :

“Le panty challenge”

C’était à celle capable de montrer une culotte « propre », entendons sans perte, à la fin de la journée. 

Cool non ?

Et dans tous ces mythes qui sont aussi tenaces qu’un morpion accroché à un poil pubien, viennent s’ajouter des marques qui nous parlent d’avoir un vagin à l’odeur fleurie, des stars qui viennent nous dispenser leurs conseils tous aussi farfelus les uns que les autres. 

Les choses vont tellement loin que certaines marques ont créé des tampons désodorisants et des gels intimes pour petites filles ! Des petites filles !

Alors ce n’est pas un problème pour une personne avertie qui a pris le temps de se connaitre mais imaginez les désastres sur une adolescente ou même une femme en manque d’informations ?

Redécouvrons notre intimité !

Premier rappel des plus important :

LET’S YOUR CHATTE VIVRE SA VIE !

Non elle ne pue pas ! Selon les cycles et selon chaque personne, elle peut dégager une petite odeur et c’est normal ! C’est du même ressort que pour la transpiration ou d’autres odeurs corporelles. Elles existent, une hygiène intime quotidienne permettra simplement de ne pas asphyxier la personne en face. 

Nous vivons malheureusement dans une société aseptisée, sans odeur et nous oublions le fonctionnement normal du corps. Nous créons alors des problèmes qui n’en sont pas. 

Les pertes blanches ? Elles sont normales et saines. Elles sont justement le résultat de la fonction autonettoyante de votre vagin. Il est parfaitement normal d’en retrouver au fond de sa culotte. Il est en revanche inutile de mettre un protège slip parce que vous trouvez ça sale ou que ça tache votre culotte. Votre culotte est faite pour cela et cela risque également de vous donner des infections.

Alors attention, si vous avez vraiment une odeur très forte et nauséabonde ou que vos pertes sont inhabituelles, il est indispensable de consulter un médecin. Elles peuvent être le signe d’une infection. 

Je ne dis pas non plus qu’il faut arrêter de se laver. Une bonne hygiène permet de limiter ces odeurs et de garder notre organisme en bonne santé. Je dis simplement que ce n’est parce qu’un jour malgré votre douche vous allez sentir un peu plus, que vous allez mourir pour autant. Il s’agit d’une histoire de dosage.

Il est également important de se former, de s’éduquer et de se connaitre. L’éducation sexuelle est un point fondamental, il est important que toutes les femmes connaissent leur anatomie et le fonctionnement de leur corps. Pour cela, n’ayons pas peur des mots, n’ayons pas peur d’en parler. Il suffit simplement d’adapter le discours en fonction du public. Ne négligez pas l’éducation des petites filles et ne leur faites jamais penser ou croire qu’une partie de leur corps est sale (sauf si elles refusent de se laver…alors tous les coups sont permis 😉 ). Prenez le temps de leur parler et de leur expliquer pour qu’elles aussi puissent avoir confiance en leur corps.

En faisant cet article, je souhaitais vraiment faire comprendre à toutes celles qui pourront me lire qu’il est important de prendre soin de son intimité. Il faut lui apporter les bons gestes et les bons réflexes pour limiter les infections et autres problèmes. A tous ceux qui pourraient me lire, cela pourra peut-être vous permettre d’avoir une meilleure connaissance de ce qui se passe se passe chez nous les femmes.

Je souhaite également vous répéter à toutes que : 

Votre corps est normal, il n’est pas sale. Le vagin est normal, il n’est pas sale. Votre vulve est normale et n’est pas sale.

Toutes ensemble, prenons conscience de notre corps et de notre intimité ! 

Tous ensemble éduquons-nous !

Et tous ensemble, passons au naturel ! 


Gaëlle

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :