Mon passage au naturel

Moi, mes règles et la contraception (partie 1)

Dans la rubrique « Je passe au naturel », je vous parle de mon parcours, mes doutes et tous les choix qui m’ont fait passer à un mode de vie plus naturel. Dans toutes ces aventures, la relation à mon corps est un sujet fondamental. Il me parait donc évident de partager avec vous cette relation compliquée que j’entretiens avec mes règles. Et je commence aujourd’hui avec la question de la contraception. Pourquoi la contraception ? Parce que c’est par là que tout a commencé.

Moi, mes règles et la douleur

Mes règles et moi, c’est franchement pas une grande histoire d’amour. Je préfère honnête, elles sont arrivées très tôt et m’ont vite fait comprendre qu’une fois par mois, j’allais vivre l’enfer ! 

Elles ont toujours été très douloureuses et s’accompagnent généralement d’un tas de petits “à côté” me rendant la vie impossible. Peu de solutions existent pour faire passer cette douleur, alors pour tenir debout j’enchaine les plaquettes de spasfon et d’ibuprofène. Au top niveau sanitaire ! 

Docteur, franchement merci mais non merci ! 

A 14 ans, après une énième crise, rapatriée à la maison car ne pouvant plus tenir en cours, nous avons pris rendez-vous chez notre docteur pour en discuter. Après lui avoir expliqué mon problème, celle-ci a fait ce que tout docteur sensé ferait : une série d’examen pour déterminer l’origine de cette douleur et agir en fonction.

Vous y avez cru ? 

Je plaisante ! Bien sur que non, elle n’a pas fait ça. Elle a fait ce qu’une majorité de docteur font : prescrire une pilule pour faire effet d’anti-douleur.  Logique non ?

Non pas vraiment mais passons…

Voici donc comment à 14 ans je me suis retrouvée sous l’emprise d’un contraceptif, alors que je n’en avais pas besoin. Comment j’ai imposé à mon corps un changement hormonal, de surcroît parfaitement inutile au vu des résultats. Une situation que beaucoup de filles vivent malheureusement encore aujourd’hui. Et c’est grave !

La pilule comme cache-misère

Ok, ce n’est peut-être pas la meilleure façon de procéder mais si cela me permettait de mieux vivre mes cycles…alors pourquoi pas… 

Le problème, c’est qu’en réalité, j’ai continué à avoir mal. Mal les premiers jours, mal à des moments improbables de mon cycle…cette douleur que je redoutais tant était belle et bien toujours présente. 

Donc l’effet désiré n’était clairement pas là et j’ai du continué à prendre des anti-douleurs les premiers jours de mes « règles ». En parallèle, je continuais à ingérer un truc qui me déréglait complètement l’organisme parce que et je cite “ça finira bien par se calmer”. AU TOP ! 

Si au moins elle avait réussi à me faire grossir les boobs…mais non, absolument rien (pour le moment), la pilule n’a été qu’un cache misère pour me faire patienter et m’empêcher de poser les bonnes questions, celles qui dérangent, celles qui remettent en cause les croyances populaires.

Prendre la pilule quand on a 14 ans

14 ans, c’est la puberté, la période où l’on découvre son corps, où il se transforme, où de nouveaux désirs apparaissent. Des changements provoqués par nos hormones. Une période fondamentale pour mieux se connaitre, comprendre son corps et comment il fonctionne.

Alors imaginez, en pleine période de transition, prendre une pilule qui vous empêche de ressentir ces changements et d’avoir accès à ces informations ? Vous allez dire que j’exagère mais pas tant que ça. Beaucoup de femme ont très tôt pris la pilule et n’ont aucune idée des effets de leur cycle sur leur vie quotidienne, dramatique non ? Si le manque d’éducation sexuelle n’est pas étranger à ce phénomène, le prise d’une pilule à cette âge là n’aide pas franchement la situation.  

Oui mais la pilule…bla bla bla…

Attention, prescrire une pilule dans le cas d’un contraceptif pour une adolescente n’est pas le problème bien au contraire ! Même si je pense qu’il temps d’arrêter avec l’automatisme de la pilule. En revanche, prescrire une pilule comme anti-douleur est, pour moi, un non sens absolument ! Et si j’avais su les dommages que je subirai plus tard, j’y aurais clairement réfléchi à deux fois !

On vous a aussi prescrit un contraceptif comme anti-douleurs ? Vous avez aussi eu une mauvaise expérience de contraception ? Ou vous avez appris tardivement à écouter votre corps et vos hormones ? Venez en parler et commentez !!!! Car plus on en parlera, plus les choses avanceront !

Une page également à suivre de près : Paye ta contraception !

Gaëlle

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :